Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Play It Loud !!!! Le rock'n'roll, c'est fait pour la scène...
11 décembre 2011

Elliott Murphy - Vendredi 5 Novembre 1982 - Le Palace (Paris)

1982_11_Elliott_Murphy_Palace_Billet« Après avoir, semble-t-il, touché le fond commercialement (plus de maison de disques depuis 5 ou 6 ans…), Elliott Murphy nous revient en cette fin d’année 1982 avec un album plutôt brillant sous le bras, « Murph The Surf », avec aussi un peu moins de style et de maniérisme, ce qui n’est peut-être pas plus mal : après tout, le vide des années 1975 comblé par les poètes dit « décadents », c’est bien loin désormais dans nos mémoires !

Ce concert au Palace sera donc à l’image de ce retour à la réalité de notre cher rêveur : réellement rock’n’roll, sans que d’ailleurs les (habituelles) superbes chansons d’Elliott en souffrent outre mesure… La preuve, c’est qu’on est désormais en formule « power trio » sur scène, avec un Ernie Brooks imposant à la basse et la frappe puissante de Tony Machine aux fûts. On se bornera à taper un peu plus franchement du pied, à un peu moins savourer les textes pourtant toujours malins, à considérer quand même le front un peu plus dégarni de notre ex-héros.

1982 11 Elliott Murphy Palace 01Bien sûr, c’est le dernier album qui constitue la base de la set list, avec pas moins de 7 morceaux, si je ne me trompe, et en particulier le réjouissant Continental Kind of Girl, et le poignant Fall of Saigon, mes deux titres favoris de l’album. Mais bien entendu, la discographie du « Murph » étant déjà d’une richesse que bien des artistes « reconnus » peuvent lui envier, nous aurons droit ce soir à un enchaînement ininterrompu de chansons merveilleuses, de ma préférée de tous les temps, Diamonds By The Yard, à Last of the Rock Stars, qui est devenu une sorte de « standard », en passant par les joyaux plus « pop » (ne disons pas « commerciaux », le succès public n’ayant pas récompensé Elliott) de « Just A Story From America ». Final de concert endiablé avec la reprise de Route 66, et un White Middle Class Blues d’anthologie.

Ce qui est bien, c’est qu’on n’aura jamais à regretter quoi que ce soit avec Elliott : preuve que si sa musique est nourrie de la nostalgie d’un passé américain quasi-imaginaire, lui par contre ne nous fait pas de chantage à la nostalgie. Oui, le romantique qui orthographiait mal Rimbaud sur la pochette d’un de ses albums a cédé la place à un rocker intemporel, et c’est tant mieux…  »

1982 11 Elliott Murphy Palace 03Photos: Jean-Pierre V.

Les musiciens d’Elliott Murphy sur scène :

Elliott Murphy – voice, guitar

Ernie Brooks – bass

Tony Machine - drums

La setlist du concert d'Elliott Murphy :

Talkin' About America (Affairs – 1980)

Off The Shelf (Murph the Surf – 1982)

Baby, I've Been Thinkin' (Murph the Surf – 1982)

Cool Panic (Affairs – 1980)

Dusty Roses (Murph the Surf – 1982)

Hollywood (Lost Generation – 1975)

Last Of The Rock Stars (Aquashow – 1973)

Callin' On Cathleen (Murph the Surf – 1982)

Rock Ballad (Just A Story From America – 1977)

You Got It Made (Murph the Surf – 1982)

Just A Story From America (Just A Story From America – 1977)

Anastasia (Just A Story From America – 1977)

Continental Kinda Girl (Murph the Surf – 1982)

Drive All Night (Just A Story From America – 1977)

The Fall Of Saigon (Murph the Surf – 1982)

Euro-Tour (Affairs – 1980)

Diamonds By The Yard (Night Lights – 1976)

Route 66

Hometown (Aquashow – 1973)

White Middle Class Blues (Aquashow – 1973)

 

(merci à http://lost.generation.free.fr pour la setlist)

Publicité
Publicité
Commentaires
Play It Loud !!!! Le rock'n'roll, c'est fait pour la scène...
  • Depuis que j'ai 15 ans, ce qui nous fait un bail, je fréquente les salles de concert de par le monde, au gré de mon lieu de résidence. Il était temps de capturer quelque part tous ces grands et petits moments d'émotion, de rage, de déception, de plaisir...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Publicité