1983_07_Peter_Gabriel_Palais_des_Sports_Billet« Après un 4ème album (éponyme, comme toujours) sublime mais difficile, on attendait le “Gab” au tournant… avec la crainte de ne plus retrouver la rock star bondissante d’autrefois : et le voilà, surgissant de la foule comme avant, maquillé comme si le souvenir de Genesis avait été totalement exorcisé, et conciliant enfin totalement ses deux extrêmes, le rocker de cuir noir et l’ange tout de blanc vêtu (ou plutôt le showman doué aux goûts spectaculaires, et le compositeur ambitieux…). Dire que ce concert fut beau est au-dessous de la vérité, tant l’émotion et l’émerveillement se mêlèrent à la frénésie, jusqu’à l’adoration. Si le concert a été – et nul regret pour cela, tant il s’agit et de loin, du meilleur album de Peter Gabriel – consacré en grande partie au nouvel album, joué dans sa quasi intégralité, il ne faut pas croire qu’il a été placé sous le signe d’un hyper-intellectualisme un peu prétentieux…

 

1983 07 Peter Gabriel Palais des Sports 01Au contraire, exploitant à nouveau ses dons de mime (ah, le jeu avec la lumière pendant le sublime San Jacinto, qui fut pour moi le sommet de la soirée…) ou bravant follement les règles élémentaires du spectacle en se laissant basculer en arrière dans la fosse, puis porter par la foule, étendu et soutenu à bout de bras (pendant, tout-à-fait logiquement, Lay Your Hands On me), Peter Gabriel a prouvé qu’il était toujours l’artiste complet qui fit jadis le triomphe de Genesis : charisme de star, sens aigu de la scène, intelligence des mélodies et des mots… Seuls (très légers) regrets : que nous ayons été privés de quelques unes des merveilles des premiers albums (Here Comes the Flood, Games Without Frontiers nous auraient bien fait plaisir…), que la batterie, un peu lourde, n’ait pas retrouvé la frénésie du disque (sur Rhythm of the Heat en particulier), et qu’il faille sans doute encore attendre 3 ans pour revoir Gabriel ! (Imbéciles que nous sommes, nous n’avons pas acheté d’entrées pour le second show de la soirée… car, oui, Peter Gabriel, non seulement offre un show « physique », mais deux à la suite ! Un surhomme ?) »

 Les très belles photos de la soirée sont de mon ami Jean-Pierre V.

 

1983 07 Peter Gabriel Palais des Sports 03La setlist de « l’early show » de Peter Gabriel :

The Rhythm of the Heat (Peter Gabriel (4) – 1982)

I Have the Touch (Peter Gabriel (4) – 1982)

Not One of Us (Peter Gabriel (3) – 1980)

The Family and the Fishing Net (Peter Gabriel (4) – 1982)

Shock the Monkey (Peter Gabriel (4) – 1982)

We Do What We're Told (Milgram's 37)

Family Snapshot (Peter Gabriel (3) – 1980)

Intruder (Peter Gabriel (3) – 1980)

Humdrum (Peter Gabriel (1) – 1977)

I Go Swimming

Lay Your Hands on Me (Peter Gabriel (4) – 1982)

Solsbury Hill (Peter Gabriel (1) – 1977)

I Don't Remember (Peter Gabriel (3) – 1980)

San Jacinto (Peter Gabriel (4) – 1982)

Biko (Peter Gabriel (3) – 1980)

Kiss of Life (Peter Gabriel (4) – 1982)