1985 12 Prefab Sprout Eldorado Billet

« Originellement prévu au Palace, le concert de Prefab Sprout a été déplacé à l’Eldorado, sans que je sache ce qui a pu motiver ce changement, les deux salles me paraissant de taille similaire… Peu importe, en fait, pour ma rentrée parisienne, je suis ravi de retrouver l’Eldorado, l’une de mes salles favorites de tous les temps (et le son y est presque toujours excellent, ce qui ne gâche rien !)…

1985 12 Prefab Sprout Eldorado 05

D’abord, il y a la surprise que de voir surgir un Paddy McAloon rasé de près, propre sur lui et enthousiaste, fort loin de l’image médiatique de poète maudit, que son propre groupe avait failli virer quelques mois plus tôt. Il a l’air a priori d’un type assez simple, presque « trivial », en tout cas il tranche avec la délicate et vaporeuse Wendy Smith, plantée derrière son micro à gauche de la scène.  A noter qu’il y a sur scène un claviériste supplémentaire, qui ne fait pas partie du groupe, et qui est chargé d’enrichir la tessiture de la musique. Pas très technique (en particulier la voix de Wendy m’a paru régulièrement mal placée, voire fausse…), assez émouvant par instants, le rock jazzy et assez intemporel de Prefab Sprout rappellera parfois ce soir la fougue et la grâce d’Aztec Camera, en tout cas plus que le style et la froideur d’une Sade par exemple. Public amical, assez mélangé, du fait du mini-succès sur les ondes FM de leur hit When Love Breaks Down, un public conquis d’avance par le très bel album « Steve McQueen », même si l’ambiance ne fut pas délirante : au final, même si j’ai apprécié le « Smithsien » Faron Young, qui rocke un peu, ou le superbe Goodbye Lucille #1, l’une des plus belles chansons de Paddy, je sors de cette soirée avec l’impression d’avoir assisté à un concert agréable, mais pas du tout marquant, en tout cas bien inférieur à ce que « Steve McQueen » nous avait laissé espérer... Il faudra retourner voir ce groupe original sur scène, même si ma première impression est qu’il s’agit avant tout d’une musique de studio, sans doute trop ciselée et sophistiquée pour le live…»

Merci à Jean-Pierre V. pour ses photos !