1987_04_The_Del_Fuegos_Elys_e_Montmartre_Billet« Les Del Fuegos se qualifient eux-mêmes de “groupe le plus laid du monde”, et il faut avouer que, s’étant laissé pousser les cheveux au-delà de toute raison, et arborant volontiers des allures de hardeux, nos amis de la cambrousse n’ont rien pour séduire les amateurs d’art. L’élégance et la poésie ne sont pas les points forts des bouseux des Etats-Unis profonds, mais leur pop-rock garage, gras et excité, frimeur mais classique – n’oublions pas qu’ils furent plébiscités à leurs débuts par Tom Petty ! - peut leur servir d’image de marque plus qu’acceptable ! De la conviction, du talent (bonnes voix, belles guitares), de l’énergie autant qu’il en faut pour ce genre de musique… que manquait-il donc pour que ce concert soit vraiment excitant ? De bonnes chansons, tout simplement, ou tout au moins ce brin d’originalité et d’inspiration – je ne parlerai pas de génie – qui distingue un grand groupe d’un simple bon groupe.1987_04_The_Del_Fuegos_Elys_e_Montmartre_03 Les Del Fuegos, condamnés à rester les Dogs ou les Little Bob Story de nos cousins américains ? Ce n’est déjà pas si mal ! Encore faudrait-il que les dissensions entre les deux frères, dont on parle beaucoup, ne s’enveniment pas… »

 

A droite, les horribles frères Zanes, Dan (lead vocals, guitar) et Warren (Guitar) -

Merci à Jean-Pierre V. pour la photo...