1988_01_Lloyd_Cole_Z_nith_Billet« Lloyd Cole, le petit intellectuel chéri des jeunes filles, est de retour avec un troisième album assez réussi, « Mainstream », et avec des Commotions privés de leur organiste, mais augmentés de deux musiciens supplémentaires. Le scepticisme était de mise quant aux capacités du timide Lloyd à captiver une salle de la taille du Zénith, mais les craintes des fans ne s’avéreront pas fondées…1988_01_Lloyd_Cole_Z_nith_03

Pour ce qui est annoncé comme le dernier avatar des Commotions avant une nouvelle orientation de la carrière de Lloyd Cole, nous aurons droit à un groupe cohérent et électrique – trois guitares quand même ! -  et à un Lloyd en voie de guérison quant à sa timidité. Malgré un jeu de scène encore « réduit » - enlever et remettre ses lunettes, son chapeau, faire quelques pas autour du micro… -, Lloyd passe beaucoup mieux la rampe qu’avant, et fait monter lentement mais sûrement la pression jusqu’à un fort et beau final : Perfect Skin, Forest Fire (version monumentale !), et surtout une incroyable interprétation de Waiting for My Man, que d’aucuns dans notre petite troupe prétendirent être la meilleure entendue depuis la version originale du Velvet !

Oui, Lloyd Cole assumant franchement ses influences Rock, c’était la plus belle surprise de la soirée… »

Merci à Jean-Pierre V pour la photo