1988_03_Sin_ad_OConnor_La_Cigale_Billet« Sinéad O’Connor est un problème ! Pas vraiment une énigme, mais un embarrassant mélange de coup de hype publicitaire assez antipathique (la coupe de douilles boule à zéro, les Doc Martens décousues, les propos haineux vis-à-vis de ses anciens amis, voire mécènes de U2, l’incorporation de deux ex-Smiths dans son groupe pour la caution « rock », etc.) et de talent naturel et sincère… Il est vrai que, depuis les premiers Patti Smith, nous n’avions pas entendu un aussi beau cocktail de mélopées hantées, vaguement bab’ d’ailleurs, et de rock incisif, dans l’air du temps.1988_03_Sin_ad_OConnor_La_Cigale_02

Le concert, très court et assez décevant, refléta parfaitement l’ambiguïté de cette « amateur » douée, mais pas encore prête à être jetée ainsi sous les sun-lights de la célébrité, Grand frisson los de l’intro (Jackie… !) ou lors du final acoustique bouleversant (Just Like U said it would B), mais vague ennui pendant la majorité des morceaux… Andy Rourke a l’air de se demander ce qu’il fait là, lui aussi, d’ailleurs… Enfin, pour les quelques sourires lumineux dont Sinéad nous gratifia au cours du set, et pour les quelques instants d’impudeur sauvage (I Want Your Hands on Me), nous lui accorderons bien volontiers une seconde chance !  »

Photo de Jean-Pierre V. - Merci à lui !