1992_06_PJ_Harvey_Bataclan_Billet

1992 06 The Mabuses Bataclan 01Certainement l’une des plus mauvaises surprises de l’année que cette première partie de PJ Harvey assurée par The Mabuses, un groupe dont on attendait énormément après un album étonnant et une grande chanson comme le grinçant Kicking a Pigeon. Alors que tous les regards plein d’expectative étaient braqués sur Kim Fahy, le black qui joue de la new wave blanche, nous eûmes droit à un bourbier d’une insondable médiocrité, trois quart d’heures d’un désastre prétentieux et lourdingue – je pense en particulier à l’épouvantable guitare de Simon Walker, déjà viré de House of Love -, bref l’un des ces moments embarrassants où l’on se demande vraiment comment on a pu en arriver là, de part et d’autre de la scène. Un set à oublier, et très vite...

Pendant les dix premières minutes, je me suis dit : « Oh non, c’est incroyable, on est au Bataclan, et le miracle recommence... ». Tout y était : la grâce, l’électricité, l’émerveillement de la nouveauté, Polly Jean est entrée sur scène, yeux écarquillés et visage déformé par le trac, et le public lui a fait une ovation interminable, empêchant le set de commencer. Puis, peu à peu, une chanson nue, bringuebalante, est apparue : le batteur faisait les choeurs à la Jimmy Sommerville, et la Polly Jean, elle crachait littéralement ses tripes, et la guitare était littéralement énorme. C’était inouï, beau, prenant, et ça aurait peut-être dû s’arrêter là...

1992 06 PJ Harvey Bataclan 03... Parce que, petit à petit, tout est retombé, au fil de chansons moins inspirées – ou peut-être parce que la moitié de la setlist était constituée de nouveaux morceaux que nous ne connaissions pas. Et aussi du fait de ce « purisme rock » vaguement... puritain de PJ Harvey, qui en arrive à glacer l’émotion. Quelques beaux instants, comme Dress, ou comme Water presque à la fin du set, mais globalement une frustration après le décollage à la verticale du concert, et même des doutes : et si Polly Jean n’était que le simulacre de nos rêves de rock-critiques éternellement insatisfaits ? Et si tout cela était vraiment « too pure » ? 

La setlist du concert de PJ Harvey :

Rid of Me (new song)

O Stella (Dry – 1992)

Dress (Dry – 1992)

Highway 61 Revisited (Bob Dylan cover)

Dry (new song)

Hair (Dry – 1992)

Joe (Dry – 1992)

Victory (Dry – 1992)

Me-Jane (new song)

Sheela-Na-Gig (Dry – 1992)

1992 06 PJ Harvey Bataclan 04Man-Size (new song)

Rub 'til It Bleeds (new song)

Water (Dry – 1992)

Missed (new song)

(I Can't Get No) Satisfaction (The Rolling Stones cover)