2010 03 Yo La Tengo Billet« Même endroit qu'hier, à peu près la même heure (19 heures) au bord du Rio Manzaneres... mais c'est un panorama bien différent qui s'offre à moi : seulement 6 personnes font la queue, et la moyenne d'âge est plutôt supérieure à 30 ans. Il faut dire que Yo La Tengo, combo new yorkais presque contemporain de Sonic Youth, a 25 ans d'existence et n'a rien de la "hype" du moment... sans même mentionner le fait qu'il n'a jamais rencontré de vrai succès (malgré le titre sans doute ironique du dernier album, "Popular Songs"...), avec sa musique ambitieuse et aujourd'hui hors mode, entre ambient noise et pop suspendue. Moi-même, je dois admettre - à ma grande honte - que je n'ai, pendant toutes ces années, guère entendu de Yo La Tengo que quelques (souvent remarquables) BO de films, un travail sans doute un peu alimentaire pour le groupe, mais qui lui a clairement (quand on écoute "Popular Songs") permis d'élargir sa palette sonore, d'intégrer dans son rock expérimental, qu'on peut qualifier de velvetien dans un raccourci simplificateur, des sonorités et des textures plus variées. Mais, même si le dit dernier album est un "bon" album, je n'y ai pas trouvé non plus de quoi me dire : "Mon Dieu, comment ai-je pu vivre toutes ces années sans cette musique ?". Ce soir sera donc l'occasion - ou jamais ? - pour moi de me frotter "en vrai" avec ce groupe qui reste quand même l'une des pierres de touche du rock "arty" new yorkais...

2010 03 Yo La Tengo 059Pas de première partie ce soir, sans doute pour laisser à Yo La Tengo toute latitude de jouer longtemps - enfin, on espère... 20 h 45, les trois musiciens montent sur scène, et je me dis que je n'avais jamais réalisé qu'il s'agissait d'un trio, tant leur musique est complexe. A quelque mètres de moi, Ira Kaplan, le "leader", semble directement sorti de l'un des films de Woody Allen sur ce Manhattan juif intello qu'il aime : plus new yorkais, tu meurs ! Ira a derrière lui un impressionnant rack de guitares acoustiques et électriques qu'un roadie a longuement et patiemment accordées, et qui vont lui permettre à chaque chanson de changer de sonorité. A la batterie (et au chant), sa femme, Georgia Hubley, frappant et caressant ses fûts dans la directe ligne d'une Moe Tucker (en plus raffiné quand même), et c'est sans doute elle que les années ont le plus marquée. A l'autre extrémité de la scène, un géant chevelu, James McNew, qui tiendra basse, claviers et seconde guitare, et chantera régulièrement lui aussi d'une voix touchante. Car l'une des caractéristiques de Yo La Tengo, c'est cette alchimie entre trois voix (les trois musiciens chantent alternativement sur les morceaux), tous les trois étant néanmoins dans un registre disons "sensible et intime" pour faire court. La voix d'Ira m'évoque celle d'un Bernard Sumner, par exemple, dans sa fausse maladresse, tandis que celle de Georgia, très éthérée, est parfaite pour toutes les romances shoegaze du groupe.

2010 03 Yo La Tengo 027Le set démarre par un morceau très calme, Our Way To Fall, accueilli par les acclamations d'un public complètement dévoué au groupe, et qui connait visiblement parfaitement sa longue discographie. A ce propos, je suis surpris de voir que La Riviera, à peu près de la taille de l'Olympia à Paris, est quasi comble : Yo La Tengo (à cause de son nom espagnol ?) est beaucoup, mais beaucoup plus célèbre ici qu'en France ! Cette assez longue introduction planante permet de se plonger doucement dans l'ambiance d'un concert que l'on pressent complexe et... long. Et de fait, immédiatement après, Ira s'empare d'une Stratocaster toute usée et se lance dans une hallucinante épopée instrumentale et électrique de plus de quinze minutes (c'est And The Glitter Is Gone, qui clôt "Popular Songs") : pendant ce long quart d'heure, tandis que James et Georgia assurent une rythmique métronomique lourde et immuable, Ira, littéralement plié en deux, tournant le dos au public pour être face à son ampli, se concentrera pour tirer de sa Fender des cris de bête aux abois, des bruits titanesques de plaques tectoniques en mouvement, toute une cacophonie très mécanique. Le concert est vraiment parti, et les caractéristiques et limites en sont désormais claires : pas de communication avec le public (premier sourire, fugace au bout de 30 minutes, premier mot, "Thank You", après 45) ; concentration totale des trois musiciens, le visage fermé, presque hostile ; alternance de passages aériens acoustiques et de bombardement sonique ; mélange de virtuosité technique et de primitivisme urbain bien dans la ligne du travail du Velvet Underground. Un seul reproche : le son, curieusement insuffisant pour une salle comme La Riviera où, d'ordinaire, on joue très fort ! Ira et James iront d'ailleurs rapidement mettre les potentiomètres de leurs amplis sur la position maximale, mais sans pouvoir compenser une sono réglée beaucoup trop raisonnablement pour ce genre d'expérience sonore. Car jamais, et ce sera là l'un de mes "reproches" à Yo La Tengo, on ne quittera les zones "cérébrales" du plaisir pour plonger dans la sensation physique pure, que leur forme musicale appelle pourtant : bref, Yo La Tengo, avec une musique a priori similaire, n'est pas My Bloody Valentine ou The Jesus & Mary Chain. A la limite, je dirais que ce n'est pas "du rock" qui est joué ce soir, dans le sens où l'excitation primaire fait clairement défaut, ce serait plutôt "la musique classique du XXe siècle", sans prétention aucune : une musique complexe, intelligente, toujours raffinée même lorsqu'elle passe par ces longs tunnels bruitistes.

2010 03 Yo La Tengo 044Yo La Tengo va donc jouer deux heures et quart, ce qui est quand même bien (au final, rien de plus opposé au "show La Roux", bref, creux et commercial d'hier soir !), avec deux rappels qui vont voir, de manière assez étonnante (pour moi qui ne connaissais pas le groupe) les trois musiciens, et Ira surtout, devenir d'un seul coup humains, souriants, voire bavards, comme si, une fois le "corps" du concert terminé, on pouvait se laisser aller au plaisir d'être ensemble, de jouer ce qui bon nous semble ! Je me dis que je tiens là la clef du "problème" que j'ai eu avec ce set : trop de sérieux, pas assez de plaisir immédiat. Le groupe aura interprété sept extraits de "Popular Songs", dont Nothing To Hide, mon morceau préféré, et pour moi le sommet de la soirée, et cette délicieuse chanson décalée qu'est Periodically Double Or Triple, avec Ira aux claviers qui semble (enfin !) s'amuser. Oui, au final, Ira descendra prendre un bain de foule, ce qui assez surprenant, et puis nous annoncera : "Cela fait maintenant 21 ans qu'on vient jouer à Madrid, et notre meilleur souvenir, c'est en 2003 avec les Go-Betweens, alors on va jouer une chanson des Go-Betweens pour finir", avant que le groupe ne se lance dans une interprétation acoustique et gracieuse d'une chanson que je n'ai pas reconnue, James McNew, de sa voix délicate, faisant une recréation convaincante de l'univers tendre des G-B. Le second rappel comprendra aussi un vrai morceau purement énervé (dont je ne connais pas le titre), histoire de prouver que, dans autre monde, parallèle au nôtre, Yo La Tengo aurait pu être un "groupe de rock".

Mais cela n'aurait été alors qu'un groupe ordinaire, non ? »

 

Les musiciens de Yo La Tengo sur scène :

Ira Kaplan - lead vocals, guitar, keyboard

Georgia Hubley - drums, percussion, backing vocals

James McNew - bass, backing vocals, guitar

 

2010 03 Yo La Tengo 039La setlist du concert de Yo La Tengo :

Our Way to Fall (And Then Nothing Turned Itself Inside-Out – 2000)

And the Glitter Is Gone (Popular Songs – 2009)

Stockholm Syndrome (I Can Hear the Heart Beating As One – 1997)

Tom Courtenay (Electr-O-Pura – 1995)

Double Dare (Painful – 1993)

Black Flowers (I Am Not Afraid of You and I Will Beat Your Ass – 2006)

Autumn Sweater (I Can Hear the Heart Beating As One – 1997)

Here to Fall (Popular Songs – 2009)

Avalon or Someone Very Similar (Popular Songs – 2009)

Nothing to Hide (Popular Songs – 2009)

Periodically Double or Triple (Popular Songs – 2009)

If It's True (Popular Songs – 2009)

More Stars Than There Are in Heaven (Popular Songs – 2009)

Encore:

Antmusic (Adam and The Ants cover)

Big Day Coming (Painful – 1993)

Encore 2:

The Cone of Silence (Ride the Tiger – 1986)

Today Is the Day (Summer Sun – 2003)

Sugarcube (I Can Hear the Heart Beating As One – 1997)

Dive for Your Memory (The GoBetweens cover)