2007 10 Mika Zénith Billet

« Première sortie en concert de sa vie pour ma fille Emilie, grande fan de Mika à 8 ans. Pas question donc d'aller au premier rang dans un Zénith que l'on prévoit bondé d'adolescentes surexcitées et de familles "pépères", et Vincent et moi gardons des places au premier rang des gradins, dans le bloc restant après que près de 300 places aient été réservées aux invités (un scandale trop habituel !).

20 h 15 : Yelle monte sur scène, avec ses deux musiciens - un batteur et un aux keyboards. Tout de suite, la voix extrêmement irritante de la demoiselle, et la naïveté (on dira sympathique, pour être gentil) du jeu de scène du trio désarçonne un peu. Si les montées en rythme techno déchaînent l'enthousiasme de la fosse, force est de reconnaître la grande médiocrité des morceaux, au point qu'on se demande pourquoi Yelle reçoit régulièrement le soutien de critiques d'ordinaire plus crédibles. Bon, Je veux te voir et la reprise de A cause des Garçons en version techno concluront agréablement un show heureusement assez court. Peu de talent quand même là-derrière !

2007 10 Mika Zénith 020

21 h 20 : Le rideau se lève sur un décor impressionnant, sorte de music hall baroque d'un mauvais goût assez puéril. Un énorme ballon bleu semble flotter au centre de la scène alors que les musiciens entrent en scène, il éclate pour révéler un ange : très kitsch, tout cela, et pas forcément rassurant sur ce qui va suivre (la fascination de Mika pour Freddy Mercury va-t-elle jusqu'à lui faire adopter les outrances écœurantes de Queen, l'un des groupes que personnellement j'ai toujours le plus détesté ?). Mais non, Mika déboule, vrai ange (lui), tout de blanc vêtu, et une nouvelle ressemblance me frappe : en fait, le beau jeune homme filiforme qui va courir, sauter, haranguer la foule sans répit durant l'heure et demie qui va suivre - sans que la justesse de sa voix n'en soit jamais altérée, au point que les mauvaises langues prétendent que ses hallucinantes montées dans les aigus sont aidées de playback ! - est surtout le Mick Jagger de ce début de siècle. C'est Relax, le tube absolu du moment, horriblement matraqué sur les ondes, repris dans les pubs et les BO de films, qui ouvre le show, et la large partie féminine et adolescente des 7000 personnes présentes commence à hurler et à sauter en l'air. Le son est un peu décevant, et les basses trop présentes, saturant souvent la voix précieuse de Mika, nous priveront de certains moments d'émotion sur des Any Other World ou Happy Ending forcément inférieurs aux versions épurées de l'album.

Non, ce soir, Mika nous offre avant tout un show spectaculaire, traduisant clairement une sorte de générosité naïve de post-adolescent encore émerveillé par son propre succès (planétaire, mais très fort en France). Mika parlera d'ailleurs beaucoup à la foule entre ses chansons, d'un français impeccable, sans accent (témoignage de ses huit ans passés à Paris dans son jeune âge), avec l'excitation heureuse d'un enfant qui voit ses rêves se réaliser ("Avant je répétais mes nouvelles chansons tout seul dans ma chambre, aujourd'hui je le fais devant 7000 personnes !", dira-t-il avant de présenter l'une des deux nouvelles chansons, pas tout à fait aussi impressionnantes que les "vieilles", avouons-le, qu'il jouera ce soir).

2007 10 Mika Zénith 028

Si le groupe de Mika n'est clairement pas un groupe de virtuoses, il se dégage de chacune des chansons une énergie heureuse qui dynamite gaiement tout risque de professionnalisme arrogant : d'ailleurs, voir Mika interrompre une chanson pour faire replacer son piano afin de mieux voir la foule, opération durant laquelle il aidera lui-même les roadies (!), montre bien que la perfection du show n'est pas l'objectif ce soir, mais bien une certaine complicité festive, qui deviendra sans doute de plus en plus impossible au fur et à mesure du succès grandissant de sa musique. Car, c'est clair, Mika en est encore dans sa tête à chanter dans des salles de la taille de la Maroquinerie devant des lecteurs des Inrocks, et ne réalise pas pleinement que son public est aujourd'hui composé d'adolescentes qui vivent leurs premiers émois sexuels en fantasmant sur son visage d'ange et sa démarche sautillante.

Plus les minutes passent, plus la musique gagne en puissance... Big Girls a très tôt mis la barre bien haut, mais c'est avec une reprise musclée de Missionary Man (Eurythmics encore, à la place d'un Sweet Dreams qui n'était pas ce que Mika faisait de mieux...) que le concert passe à la vitesse supérieure, avant de logiquement exploser sur un Love Today bien plus rock que le reste du show, qui se terminera d'ailleurs par une longue et jouissive session de percussions enthousiastes et enthousiasmantes : à mon avis, de toute évidence, toujours la meilleure chanson de Mika, et le sommet pour ce soir.

Il est temps pour moi de descendre dans la fosse pour tenter d'approcher le phénomène de plus près. Curieusement, je n'ai aucune difficulté à me frayer un chemin jusqu'au premier rang, les adolescentes hypnotisées par leur idole se comportant paradoxalement avec une certaine retenue (si l'on se souvient par exemple de la foule hystérique au même endroit, il y a 6 mois, pour Arctic Monkeys, le contraste est frappant). Me voici donc quasiment au premier rang, à mon tour frappé par la beauté et la gaieté qui se dégage de Mika, et par l'aspect purement "Jaggerien" de son jeu de scène. Grace Kelly lui permet de faire rugir ses influences ("Little Freddy..."), avant le rappel, qui s'ouvre avec un hilarant théâtre en ombres chinoises : les musiciens sont tous déguisés en animaux en peluche géants, un "Bad Bunny" vient semer la zizanie à coup de kung fu, avant que Mika, crocodile armé d'un fusil, ne vienne remettre de l'ordre dans tout cela. Tout explose, et c'est évidemment Lollypop, toujours une merveille, second sommet de la soirée : d'énormes ballons sont déversés sur la foule, des canons crachent les confettis, c'est la fête, un moment de pure joie enfantine. A la fin, un sourire jusqu'aux deux oreilles, Mika "balancera" (délicatement quand même) sa "batteuse" sur les bras tendus de la foule, et le groupe hilare quittera la scène avec des bye byes ironiques à la pauvre fille, emportée et dérivant au milieu du Zénith dans un slam involontaire.

2007 10 Mika Zénith 041

Court retour en second rappel pour marteler une seconde fois Relax, et d'où je suis, les infra-basses sont surpuissantes, et font vibrer le béton du sol du Zénith. C'est la fin.

Emilie a eu la chance de voir un très beau concert pour sa "première fois", même si, clairement, une heure vingt cinq de show, c'est un peu long à son âge. A la sortie, un vendeur de posters "pirate" lui offrira d'ailleurs une grande photo de Mika "dédicacée", de quoi orner sa chambre. Et de quoi oublier la nuit froide d'octobre, et croire ce soir que les miracles arrivent : un jeune homme peut devenir une star en quelques mois sans rien perdre de sa grâce et de sa gentillesse. Même si on sait que cela ne durera pas, pourquoi ne pas se satisfaire ce soir de l'illusion que la vie est une fête joyeuse ? »

 

Les musiciens de Mika sur scène :

Mika (vocals, piano)
Martin Waugh (guitare, chant)
Michael Choi (basse, chant)
Cherisse Osei (batterie)
Luke Juby (clavier)
Chor O' Saône (backing vocals)

 

La setlist du concert de Mika :

Relax (Take It Easy) (Life In Cartoon Motion - 2007)

Big Girl (You Are Beautiful) (Life In Cartoon Motion - 2007)

My Interpretation (on piano) (Life In Cartoon Motion - 2007)

Billy Brown (on piano) (Life In Cartoon Motion - 2007)

Holy Johnny (on piano) (New Song)

Any Other World (on piano) (Life In Cartoon Motion - 2007)

Ring Ring (Life In Cartoon Motion - 2007)

How Much Do You Love Me (New Song)

Stuck In The Middle (Life In Cartoon Motion - 2007)

Missionary Man (Eurythmics Cover)

Happy Ending (on piano) (Life In Cartoon Motion - 2007)

Love Today (Life In Cartoon Motion - 2007)

Grace Kelly (Life In Cartoon Motion - 2007)

Encore 1

Lollypop (Life In Cartoon Motion - 2007)

Encore 2

Relax (Take It Easy) (Life In Cartoon Motion - 2007)