2012 03 John Cale Joy Eslava Billet« Ce n'est pas tous les jours qu'on peut voir sur scène une légende vivante comme John Cale : l'homme sans qui le Velvet n'aurait pas été le Velvet, l'auteur de plusieurs disques essentiels ("Paris 1919", "Fear", "Slow Dazzle"), le producteur du premier album des Stooges et du premier album de Patti Smith, soit deux jalons essentiels de l’histoire de la musique, le cinglé qui décapitait des poulets sur scène dans ses pires années (encore une légende urbaine ? Non, mais le poulet était déjà mort !!!), le compositeur "sérieux" féru de musique avant-gardiste, et pour les plus jeunes, celui qui a transformé le Hallelujah de Cohen en le monument qu’il est désormais (merci, Shrek !). On ne manque pas John Cale quand il passe près de chez soi, tout en sachant qu'il peut être responsable aussi de concerts particulièrement ennuyeux. Mais bon, Lou Reed et Bob Dylan font bien pire !

Dimanche soir, la Joy Eslava, mais je suis seul ce soir (Inés se soigne de son opération des dents de sagesse à la maison, Luis est sur la route entre Lisbonne et Madrid, Juan Carlos boit des gin-tonics avec ses voisins). Le public est tellement clairsemé que c'en est un peu inquiétant, même si je suis désormais habitué à l'arrivée tardive du Madrilène moyen. Et en plus le spectateur lambda a un âge plutôt avancé (c'est vrai que le Velvet, c'était en 1967 ! Bon dieu, cela ne nous rajeunit pas !)... Je me suis placé sur la gauche, pour ne pas être gêné par l'orgue installée sur la droite de la scène (orgue sur laquelle John va commencer le set...) et pour éviter les désagréments « sonores » du concert de Jon Spencer. Mais il n’y aura pas de problème ce soir, le son sera absolument parfait...

2012 03 John Cale Joy Eslava 00520h35 : après une musique annonciatrice qui rappelle le violon grinçant des années expérimentales, John Cale apparaît, vêtu comme à la maison, avec un sweat shirt rayé : sec mais avec une petite bedaine, les cheveux blancs un poil trop longs (à mon goût...), c'est curieux, je lui trouve ce soir une petite ressemblance avec Cohen. Cale a quand même 70 ans ce mois-ci, et l’âge commence à transparaître à travers une certaine fragilité dans la démarche et la posture... Le premier morceau commence par une longue introduction instrumentale portée par l’orgue de John Cale, et avec un beau solo de guitare (qui me rappelle la fameuse / fabuleuse Intro de « Rock’n’Roll Animal », je ne sais pas pourquoi, l’association dans mon inconscient entre John Cale et Lou Reed sans doute...). En tout cas, on est rassurés, le backing band – un trio basse-batterie-guitare, relégué au fond de la scène quand même, assure sérieusement ! Et cette « intro » se déploie enfin en Captain Hook, morceau légendaire de l’époque sauvage (« Sabotage », je crois), magnifique chanson "maritime" : "By hook or by crook, I am the captain of this life"... J’ai le cœur qui chavire de bonheur au cours de cette superbe ouverture d’un concert dont j’aimerais tant qu’il devienne « mythique », comme disent les potes...

Malheureusement, autant l’avouer tout de suite, tous les morceaux du set ne seront pas du même niveau, John Cale jouant désormais une musique assez rangée, assez « classique », loin des déchirures et des audaces d’antan. La preuve : Bluetooth Swings, le second morceau, bien écrit, bien joué, bien chanté, un peu funky,... bien, mais pas vraiment ce que j’attends de la part de « John Fuckin’ Cale » ! A noter qu’il n’y a pas de setlist scotchée au sol, John consulte un petit calepin posé sur son orgue et confirme à ses musiciens la chanson suivante : la troisième, ça sera donc Hey Ray – drôle de hip hop jazzy avec un texte malin sur les années Velvet : original et revigorant...

2012 03 John Cale Joy Eslava 008Bon, je ne vais pas détailler le concert chanson par chanson, même si ce n’est pas l’envie qui m’en manque... En gros, on va osciller entre des morceaux assez « piétons », qui bénéficient surtout du professionnalisme du groupe (batteur black impressionnant, guitariste au look seventies particulièrement inventif...) et montées en tension qui nous permettent de retrouver durant quelques minutes des échos de la grandeur passée de John Cale : Praetorian Underground tendue qui réveille le set, la voix s'élève enfin, un peu de magie, et puis un bref solo de piano, oui, c’est du grand John Cale ; Cry, une nouvelle chanson, du rock dur, un peu de fracas... Puis John passe à la guitare électrique, le groupe joue compact, un rock bien lourd, bien gras... Helen of Troy ?? Méconnaissable, mais jouissif... John admoneste un spectateur qui devait être en train d'enregistrer : "Turn that off !". Face à son Marshall, il joue serré avec le trio en arrière-plan, John est dans son rôle de rocker ce soir, pas de musicien d’avant-garde sur scène (d’ailleurs, John ne dégainera jamais son fameux violon électrique). "Oh oh oh, Helen of Troy !" Les éclairs de folie sont là, à nouveau, c’est superbe !

Ce sera malheureusement le seul morceau que Cale jouera à la guitare électrique, il alternera ensuite ses claviers et une guitare acoustique amplifiée. A noter, entre plusieurs morceaux assez moyens, Catastrofuk, un petit rock au rythme accrocheur et au refrain enlevé et "crowd-friendly" ("oh oh oh oh", le genre...), avec un joli solo à la fin : le public apprécie... The Hanging", encore une nouvelle chanson, marque un autre retour à une musique plus dure, avec des cuivres enregistrés, et c’est vraiment ce que Cale fait de meilleur, sa voix devient emphatique, la menace est là de nouveau : c’est puissant, majestueux, c’est une belle chanson. Satellite Walk, avec son petit gimmick très "pop synthétique années 80", et avec Cale qui déclame - voire "rappe" - des paroles ironiques sur le monde d'aujourd'hui et sa fausse modernité, est particulièrement réjouissant : "Let's Dance" clame-t-il !! Mais ses accents n’ont rien d’allègre, et rappellent plutôt le célèbre "Dance ! Dance !" désespéré de Ian Curtis (qui était clairement un disciple de Cale, rappelons-le !)...

2012 03 John Cale Joy Eslava 027C’est bien joli tout cela, mais on approche les 90 minutes de concert, et on n’a encore rien eu de bien consistant en terme de retour vers le passé grandiose de notre homme... Et puis, le riff inoubliable au piano... Enfin une grande vieille chanson, malheureusement jouée avec plus d’efficacité, beaucoup plus de « confort » : Dirty ass rock'n'roll ! Non, c’est maintenant clair, la folie n'est plus là. Jolie partie de piano, bien entendu, et quand même un beau final chaotique qui rappelle un peu le génial fouteur de merde que Cale a été. Grands sourires de part et d’autres de la scène. Et puis... eh bien, le set est fini ! Coïtus interruptus. Il est 22 h 15, et j’espère encore l’impossible, un long rappel avec quelques extraits bien sentis de « Paris 1919 », ou avec au moins une citation du Velvet, ou bien Hallelujah seul au piano, ou encore... Non, ce sera une seule et unique chanson : Guts (pas la moindre, me direz-vous ? Certes !). Un Guts joué heavy : car le groupe sur scène est trop professionnel, trop carré pour que la déchirure originelle ne paraisse pas "raccommodée". Heureusement, les "in the end" hystériques à la fin fonctionnent toujours, même si Cale ne beugle plus comme un taré !

Longtemps, le public va réclamer à corps et à cri le retour de notre idole, en vain. Ce qui fait que, malgré l’excellente qualité du set, je sors de la Joy Eslava frustré : avec le songbook qu’il a, et même si j’apprécie chez les musiciens l’absence de nostalgie, John aurait pu nous faire plaisir et nous interpréter au moins 4 ou 5 autres petits joyaux de sa composition, il n’y avait que l’embarras du choix : les Espagnols ont réclamé Pablo Picasso (« is an asshole »), évidemment, moi j’aurais bien aimé Andalucia (... pour Inés) ou I keep a close watch... Autre bémol, j’ai trouvé que la voix de John Cale avait avec l’âge quand même perdu de sa singularité, et n'avait plus (tout au moins ce soir..) cette fascinante froideur nasale et métallique qui m’enchantait tant ! Mais bon, ne nous plaignons, pas, John Cale nous a offert un très beau concert de rock, dont on ne peut que regretter le classicisme, finalement. »

 

2012 03 John Cale Joy Eslava 036La setlist du concert de John Cale :

Captain Hook (Sabotage / Live – 1979)

Bluetooth Swings (Extra Playful EP – 2011)

Hey Ray (Extra Playful EP – 2011)

Riverbank (Honi Soit – 1981)

Look Horizon (HoboSapiens – 2003)

Perfection (Extra Playful EP – 2011)

Praetorian Underground (Caribbean Sunset – 1984)

Cry (new song)           

Helen of Troy (Helen of Troy – 1975)

Amsterdam (Vintage Violence – 1970)

Sold Motel (Black Acetate – 2005)

Things (HoboSapiens – 2003)

Whaddya Mean By That (Extra Playful EP – 2011)

Catastrofuk (Extra Playful EP – 2011)

The Hanging (Extra Playful EP – 2011)

Satellite Walk (Artificial Intelligence – 1985)

Dirty Ass Rock 'n' Roll (Slow Dazzle – 1975)

Encore:

Guts (Slow Dazzle – 1975)