2017 02 15 The xx Zénith Billet« De temps en temps, vous assistez à un concert qui change totalement la perception que vous aviez d’un groupe ou d’un artiste, … pour le meilleur ou pour le pire, d’ailleurs. Au mieux, vous en sortez en ayant “compris” une musique que vous savez pouvoir désormais apprécier à sa juste valeur, parce que la démarche, ou même plus simplement la sincérité des artistes, révélées lors du concert, transcendent l’impression qui pouvait se dégager d’une simple écoute des albums. C’est ce qui m’est arrivé au Zénith avec The xx, un groupe dont j’ai toujours un peu snobé la musique, que je trouvais faiblarde, peu originale et peu inspirée… et dont je suis devenu, en un peu moins de une heure trente, fan absolu ce mercredi 15 février.

2017 02 15 Camila Zénith (1)Mais d’abord, avant cette “révélation”, il faut bien évidemment en passer par une première partie assez désespérante ce soir au Zénith : c’est une jeune femme black à la plastique impressionnante et à la voix très intéressante, qui s’appelle - a priori – Camila. Elle nous inflige, avec l’assistance d’un freak derrière son ordinateur qui déverse sur nous une sorte de bouillie cacophonique, trente minutes de machins sans structure, sans émotion, sans mélodie… sans intérêt. Le pire, c’est sans doute que la donzelle a apparemment une très haute idée d’elle-même et de son talent, puisqu’elle nous explique qu’elle est là pour, je cite, « nous faire découvrir la profondeur, la grandeur du R&B », ni plus ni moins. Elle expliquera encore « qu’elle recherche toujours une nouvelle manière d’interpréter ses chansons » ! C’est beau l’inconscience !

Je suis ce soir au Zénith, qui affiche complet pour le deuxième soir de suite, preuve que le public français n’a pas oublié le groupe malgré cinq ans d’absence, avec Emilie qui est en vacances, et nous attendons maintenant avec impatience le début du concert, au sein d’une foule visiblement très passionnée : de mon côté, le scepticisme l’emporte encore… mais pas pour très longtemps…

2017 02 15 The xx Zénith (11)21h07, c’est avec quelques minutes de retard sur le programme que Romy, Oliver et Jamie pénètrent sur une scène agencée de manière assez impressionnante : elle est entourée de colonnes pivotantes métalliques, et recouverte du sol au plafond – qui s’abaissera d’ailleurs plus tard pour jouer un rôle de gigantesque miroir – de plaques réfléchissantes, à l’image donc du boîtier du nouvel album, “I See You”. Au centre, surélevées, les machines de Jamie, au milieu desquelles le membre le plus réservé de The xx va trôner tout au long du set. Plus curieux peut-être, et un peu préocupant a priori, pas d’amplis derrière Romy et Oliver, ni de retours devant eux ! Mais mon inquiétude ne dure pas, car dès le premier morceau, l’accrocheur – et un peu facile – Say Something Loving, le son est parfait, avec la guitare de Romy, juste en face de nous, et la basse d’Oliver, sur la droite, toutes deux parfaitement audibles… et avec le plus important, les voix superbes des deux chanteurs extraordinairement bien sonorisées. Crystalised et Islands, deux extraits du fameux premier album, enfoncent le clou : cette musique est tout simplement magnifique ! Et j’ai envie de dire magique, si je n’avais moi-même tendance à utiliser cet adjectif à tort et à travers !

2017 02 15 The xx Zénith (27)Il y a quelque chose d’assez inexplicable dans l’alchimie des deux voix de Romy et Olivier, chacun d’un côté de la scène, qui se répondent, se jaugent, s’affrontent, se complètent, et construisent de mini cathédrales émotionnelles, dont les albums ne donnent qu’un aperçu très limité. La sensation de beauté, d’élévation qui se dégage des chansons est étonnante : tout autour de nous, le public semble aussi fasciné que nous, il y a une sorte de suspension miraculeuse de la réalité qui est la marque des grands événements musicaux. Ni Romy ni Oliver n’ont la beauté des “stars” de rock plus classiques, ce sont deux jeunes anglais ordinaires, mais il se dégage d’eux une chaleur, une tendresse, une humanité qui tranche avec le commun des groupes de Rock. Bon, régulièrement, Oliver se lance quand même dans une chorégraphie de bassiste, son instrument rasant le sol, et vient chercher le contact avec Romy. La complicité qui les unit est clairement l’épine dorsale, et la chair aussi, de la musique de The xx. Derrière eux, Jamie est l’architecte sonore, qui construit une sorte de paysage sonique fluide, mais dont, au fond, on pourrait se passer : d’ailleurs quand Romy nous fait une chanson en solo – elle annonce être très nerveuse de se livrer à ce type d’exercice -, la beauté est toujours là : « It is a performance, I do it all so you won’t see me hurting, when my heart it breaks… I’ll put on a brave face. » Et c’est saisissant, bouleversant. Finalement, plus la musique de The xx est dénudée, réduite à l’essentiel – deux voix magnifiques, quelques arpèges de guitare et une basse qui swingue -, plus elle nous touche.

Un peu plus tard, c’est au tour d’Oliver de nous serrer le cœur avec le magnifique A Violent Noise, LA chanson qui m’a fait vraiment entrer dans le monde de The xx. Le public est maintenant extatique, et comme dans tout grand concert, ce bonheur vient se réverbérer sur scène, poussant le groupe à l’excellence. Romy et Oliver irradient de plaisir, ils répètent combien ils sont heureux que Paris les aime autant. Plus le set avance, plus les lumières deviennent superbes, et le basculement du plafond réfléchissant ajoute une indéniable magie au set. Dangerous, le morceau le plus accrocheur du dernier album provoque une ovation. Quand Romy et Oliver essaient de prendre la parole, les applaudissements continus du public ne leurs laissent pas la possibilité de le faire. Le set se termine sur un morceau de Jamie xx, infra basses et baston de nightclubbing. Cela fait à peine une heure dix qu’ils jouent… Trop court !

2017 02 15 The xx Zénith (81)Ils reviennent heureusement pour un rappel entamé par le titre le plus commercial de “I See You”, le très commercial et chatoyant On Hold, avant que le célébrissime – mais pas encore usé pour autant – Intro ne nous rappelle que oui, The xx est aussi, et toujours un groupe de Rock.

Un grand groupe, un concert littéralement enchanté. The xx comptent donc désormais un fan de plus. »

 

Les musiciens de The xx sur scène :

Romy Madley-Croft – voix, guitare

Oliver Sim – voix, basse

Jamie Smith – claviers, percussions

 

La setlist du concert de The xx :

Say Something Loving (I See You – 2017)

Crystalised (xx – 2009)

Islands (xx – 2009)

I Dare You (I See You – 2017)

Lips (I See You – 2017)

Basic Space (xx – 2009)

Performance (I See You – 2017)

Too Good (Drake cover)

A Violent Noise (I See You – 2017)

Brave for You (I See You – 2017)

Infinity (xx – 2009)

VCR (xx – 2009)

Dangerous (I See You – 2017)

Fiction (Coexist – 2012)

Shelter (xx – 2009)

Loud Places (Jamie xx cover)

Encore :

On Hold (I See You – 2017)

Intro (xx – 2009)

Angels (xx – 2009)

Cette critique a déjà été partiellement publiée à l'épqoue du concert sur mon blog manitasdeplata.net