1986_11_Eurythmics_POP_Bercy_Billet« Malgré le peu de passion que suscite en moi la musique d’Eurythmics, la rumeur autour du show “du couple des 80’s” est telle qu’il m’était réellement impossible de ne pas assister à ce concert pour voir de quoi il en retourne. Et de fait, je suis sorti du POP Bercy avec le sentiment d’avoir assisté à un moment e-x-t-r-a-o-r-d-i-n-a-i-r-e (excusez du peu !) : Annie Lennox, star totale, c’est-à-dire belle, émouvante, impérieuse, etc. (n’en jetez plus !) et Dave Stewart, le fan ultime du rock des sixties / seventies… 1986_11_Eurythmics_POP_Bercy_05Il faut voir Dave dans son manteau de cuir noir, crispé sur sa guitare, évoquant les spectres des guitar heroes d’hier,… que dis-je, rachetant toutes les fautes de goût, toutes les erreurs des décennies bouseuses… Derrière Annie et Dave, mieux que des accompagnateurs comme on pouvait le craindre, un vrai groupe au sein duquel on retrouve avec plaisir Clem Burke, ex-Blondie, à la batterie. Plus de deux heures de magie, de Rock (majuscule, SVP) retrouvé, « frime » et séduction comprises (le soutien-gorge rouge, moment convenu mais attendu par tous dans le POP Bercy), avec même un peu de drame pour faire bonne mesure, puisque, au fil du show, la voix d’Annie s’abime, s’abime… jusqu’à la souffrance. Oui, il y a sûrement quelque chose de surnaturel derrière ces deux-là, pour que, malgré la rigueur de la musique, très construite, calibrée presque, et malgré l’ultra-professionnalisme du show, malgré la taille de la salle aussi, nous ayons ressenti tant de conviction et d’émotion… »

Merci à Patrick M pour la photo !