1989_11_The_J_MC_Brixton_Academy_Billet« Il n’y a pas si longtemps, the J&M Chain était un groupe « extra-ordinaire », pour le meilleur (une nouvelle approche des éternels clichés) et le pire (le jeu de la haine poussé parfois trop loin pour la santé de tous). Aujourd’hui, les frères Reid ont mis juste ce qu’il faut d’eau dans leur poison pour en dissiper les effets les violents. Oh, les postures, les rites sont1989_11_The_J_MC_Brixton_Academy_01 toujours là : l’obscurité, la fumée, les lumières rasantes et glauques, l’assaut sonore, les gestes de prostration, le pied de micro martyrisé, etc. Mais aujourd’hui, les chansons émergent du bruit, et la structure d’un véritable concert se dégage du chaos. Le spectateur peut prendre du recul, l’hystérie retombe vite, et la pantomime rock perd de son attrait. Quelques morceaux magnifiques (April Skies, Some Candy Talking, Sidewalking, tous trois joués en conclusion – et apogée – du set avant les rappels) survivent à la neutralité indifférente du traitement, injectant le strict minimum d’adrénaline dans le sang. Ensuite, l’indifférence, un vague ennui, retombent, Le destin des vrais extrémistes, c’est de sauter sur leurs propre bombes. Une machine infernale désamorcée, inutile, ce n’est pas vraiment drôle ! »

 

1989_11_The_J_MC_Brixton_Academy_05La setlist du concert de The Jesus and Mary Chain :

Rider (Barbed Wire Kisses – 1988)

Everything's Alright When You're Down (Barbed Wire Kisses – 1988)

The Hardest Walk (Psychocandy – 1985)

Coast to Coast (Automatic – 1989)

Halfway to Crazy (Automatic – 1989)

Head On (Automatic – 1989)

Her Way of Praying (Automatic – 1989)

Taste The Floor (Psychocandy – 1985)

Nine Million Rainy Days (Darklands – 1987)

The Living End (Psychocandy – 1985)

Who Do You Love (Bo Diddley cover)1989_11_The_J_MC_Brixton_Academy_04

Take It (Automatic – 1989)

April Skies (Darklands – 1987)

Some Candy Talking (Some Candy Talking EP – 1986)

Sidewalking (Barbed Wire Kisses – 1988)

Encore:

Gimme Hell (Automatic – 1989)

Kill Surf City (Barbed Wire Kisses – 1988)