2010 04 Blood Red Shoes Billet

« Drôle d'idée d'aller à un concert de Rock le soir DU match (de foot) de l'année, la traditionnelle rencontre Madrid-Barcelona qui rend tout le monde fou ici ! Juan Carlos, qui aime pourtant Blood Red Shoes, a d'ailleurs déclaré forfait... Chaos dans les rues (j'ai été doublé par le car des joueurs qui remontait le Paseo de la Castellana à toute allure et à contre sens, escorté par la police... Impressionnant !), angoisse pour stationner, le Moby Dick Club étant à deux pâtés de maison du Barnabeu... Mais au final, tout se combine bien, je rejoins devant le Moby Dick une petite troupe d'allergiques au foot, et à l'ouverture des portes, je réussis à me placer à gauche devant Laura-Mary (ce soir, je pourrai me délecter de sa mine grincheuse à moins d'un mètre de moi !), ayant peur que, si je me place à côté de la batterie - à droite donc -, le son ne soit guère audible...

Il est en effet clair qu'il n'y aura pas de première partie, la petite scène étant déjà organisée pour Blood Red Shoes : deux énormes amplis Marshall pour Laura-Mary dans le fond, un peu disproportionnés pour la salle, son tableau des pédales d'effets, son micro, et à droite donc, la batterie de Steven : simple et de bon goût, pour un concert que j'espère bruyant et intense, à l'image du nouvel album assez "sonique" des deux anglais énervés.

2010 04 Blood Red Shoes 011

21 h 50 : c'est même avec un peu d'avance sur l'horaire que Blood Red Shoes attaque son set, l'idée étant apparemment de nous "libérer" à temps pour assister à la seconde mi-temps du match (Laura-Mary nous fera d'ailleurs part de sa surprise de voir la salle ainsi bondée, malgré LE match !). Pas de surprise, c'est toujours par leur éternel It's Getting Boring By The Sea que Steven et Laura-Mary attaquent le set, et le souvenir des concerts précédents permet de tout de suite faire le point sur ce qui change, et sur ce qui ne change pas chez Blood Red Shoes. Fondamentalement, on reste dans le respect des principes du groupe : deux voix aériennes, des riffs brutaux, des mélodies accrocheuses, une batterie cataclysmique (Je suis sûr que Steven se rêve en fils de John Bonham), Laura-Mary qui reste réservée et Steven qui amuse le public et fait le show. Mais il y a aussi, heureusement, une évolution : d'abord, et ce n'est pas anecdotique du tour, ce soir, Laura-Mary ne fait pas la gueule, elle sourit même largement, et paraît régulièrement heureuse de l'accueil délirant (mais ça, c'est classique ici) du (jeune) public madrilène. Ensuite, il y a un sentiment de violence, de brutalité même, dans la musique de Blood Red Shoes, qui n'était pas là avant, et fait une sacrée différence. Comme c'est déjà clairement discernable sur l'abum ("Fire Like This", recommandé...), nos deux pâles Anglais payent clairement désormais leur tribu à Nirvana, et cette orientation vers une rage plus désordonnée, moins contenue dans les  carcans pop, transforme assez fondamentalement la manière dont on "vit" désormais un concert de Blood Red Shoes : c'est comme si, de théorique et conceptuelle, cette frustration intense qui a toujours nourri les chansons de Blood Red Shoes, se voyait désormais "matérialisée", littérale, palpable. Dès Light It Up, on sent que le concert peut atteindre ce soir des sommets : les fans pogottent et chantent à tue-tête, le staff derrière la console a la banane, Laura-Mary sourit de toute ses dents, et moi, moi je me rends compte que je n'ai encore jamais entendu Blood Red Shoes comme ça, à deux doigts de se libérer de sa bonne éducation anglaise. Je dis à deux doigts, car si on passera à deux ou trois reprises très près de la "grandeur", on n'y arrivera jamais complètement : voyez par exemple le superbe When We Wake, sommet à mon avis du second album, avec son crescendo acéré, eh bien on sent qu'on est presque à la "jouissance sonique"... mais pas encore tout à fait...!

2010 04 Blood Red Shoes 029

Petite pause sympa quand Steven téléphone à sa petite sœur dont c'est l'anniversaire aujourd'hui, et que nous chantons tous en chœur "Feliz Compleaños..." Laura-Mary se marre, mais je me demande quand même si ce genre de "laisser-aller" correspond à sa vision de ce que doit être Blood Red Shoes... Le duo enchaîne les chansons impeccables (Don't Ask : j'adore !), clairement moins pop qu'autrefois, mais bien plus "émotionnelles", jusqu'à ce que, au bout de 45 minutes seulement, Steve nous annonce que c'est la dernière chanson... Noooon ! Comment se fait-il qu'avec deux albums pleins jusqu'à la gueule de bonnes chansons, Blood Red Shoes nous limite encore à la "portion congrue" ? Laura-Mary et Steve descendent de scène, traversant sans les toucher les rangées de fans qui sont pourtant en extase : oui, au Moby Dick Club, les artistes doivent descendre dans le public pour monter sur ou descendre de la scène... et c'est visiblement une petite épreuve pour Steve et Laura-Mary qui ont encore visiblement du mal à affronter la proximité physique avec leur public ! Rappel de deux titres, enchaînant Doesn't Matter Much en version "grunge", et, le moment que j'attends depuis le début, ce Colours Fade qui est une quasi citation du style Sonic Youth. Oui, désormais, Blood Red Shoes a UN morceau - long et déstructuré - digne de conclure ses sets, mais... Blood Red Shoes n'est pas encore Sonic Youth, et, malgré le niveau sonore élevé, tout cela reste encore un peu trop poli et respectueux pour nous faire décoller comme cela devrait. Je réalise a ce moment là que, bien que nombre des chansons de Blood Red Shoes ait le potentiel de faire basculer un concert vers "autre chose", le duo reste quand même prisonnier d'une exécution trop fidèle aux versions studios. Oui, le magnifique Colours Fade devrait être une tuerie, et il ne l'est pas...

Mais ne nous plaignons pas, l'évolution de Blood Red Shoes est impressionnante, et, le public madrilène aidant, Steven et Laura-Mary ont été meilleurs que jamais ce soir... je ne suis pas certain que Blood Red Shoes pourra un jour transcender ses limites, mais, ce soir, j'aurai fait avec, et avec beaucoup de plaisir. 55 minutes de concert, c'est quand même vraiment trop court, et le public, sonné par le niveau sonore, se déverse lentement dans l'Avenida Brasil où la réalité nous happe : c'est la mi-temps, et au silence qui règne aux terrasses des cafés, on devine que Madrid est en train de se faire étriller. »

La setlist du concert de Blood Red Shoes :

2010 04 Blood Red Shoes 058

It's Getting Boring by the Sea (Box of Secrets – 2008)

It Is Happening Again (Fire Like This – 2010)

I Wish I Was Someone Better (Box of Secrets – 2008)

Light It Up (Fire Like This – 2010)

When We Wake (Fire Like This – 2010)

You Bring Me Down (Box of Secrets – 2008)

Keeping It Close (Fire Like This – 2010)

This Is Not for You (Box of Secrets – 2008)

Don't Ask (Fire Like This – 2010)

Say Something, Say Anything (Box of Secrets – 2008)

Heartsink (Fire Like This – 2010)

Encore:

Doesn't Matter Much (Box of Secrets – 2008)

Colours Fade (Fire Like This – 2010)