2010 09 Amy McDonald La Riviera Billet

« Je ne suis en général pas fan du rock "grand public", "middle of the road" comme on dit, mais pour le passage de Amy Macdonald, j’ai décidé que j'allais faire une exception : l'intérêt porté à la jeune Ecossaise par mon ami Gilles B est une garantie de "qualité", et le premier album de la belle, "This Is the Life" comporte une poignée de belles chansons qui méritent de passer l'épreuve de la scène. De plus, Inés, fan de voix féminines a décider de m’accompagner ce soir...

Nous avons beau arriver devant la Riviera assez tôt, 45 minutes avant l'ouverture des portes, il y a déjà une queue conséquente, ce qui caractérise les concerts « grand public », justement... Mais bon, pas vraiment de problème pour assurer le premier rang, sur la gauche : vue et écoute parfaites, et ce d'autant que les crash-barriers sont nettement reculées par rapport à d'habitude (notre Amy craindrait-elle le contact trop direct avec son public enamouré ?).

2010 09 Luis La Riviera 005

20 h 30 : un mec tout seul avec sa guitare sur scène, je me crispe, je pressens l'habituel ennui abyssal face à la solitude du chanteur folk, et puis non... Lluis (c'est comme ça qu'il se présente, je découvrirai ensuite qu'il s'agit de Lluis Albert Segura, qui se produit sous le nom de L.A....) est plutôt du genre ultra-émotionnel, et il va mettre au bout de deux titres et une étonnante rupture de ton tout le public de La Riviera dans sa poche. Avec sa voix à la Chris Martin, dont il use avec délicatesse, il est donc capable de parcourir une palette d'émotions fines, et si ce n'était la relative faiblesse de ses compositions, qui tournent vite en rond, on aurait presque pu parler de "révélation". Bon, au bout d'un moment, l'intérêt retombe un peu. 25 minutes d'un set acoustique qui restera quand même étonnant...

Il faut maintenant attendre jusqu'à 21 h 30 pour qu'Amy Macdonald fasse son entrée - une attente pour le moins injustifiée, tout étant clairement prêt depuis les 21 h 00 ! Mais bon, je suppose que "l'heure, c'est l'heure". Amy Macdonald sur scène, c'est aujourd'hui - bonne nouvelle a priori - un vrai groupe de rock, la belle étant supportée par un quatuor (basse-claviers-batterie-guitare électrique) jeune et énergique, et échappant de ce fait au syndrome "requins de studio" qui vide de son sens la musique de pas mal d'artistes solo quand ils sont accompagnés. Reste que seule Amy sera éclairée ce soir, histoire de bien confirmer que les gugusses, qui se démènent pourtant comme de beaux diables dans l'obscurité - en particulier le guitariste qui aime visiblement faire le show... -, n'ont pas droit pour autant à leur quart d'heure de gloire (pas très élégant, quand même, ça,

2010 09 Amy Macdonald La Riviera 012

Amy !!). Amy, elle, est au centre, guitare acoustique en bandoulière (elle en change à chaque morceau, ce qui paraît quand même excessif…), tout à fait charmante en robe grise et bottines à talons hauts, son joli visage littéralement radieux face à l'adulation de son public (masculin en grande partie) fervent... Oui, Amy sera très décontractée et volubile ce soir, et son joli accent écossais lorsqu'elle remercie Madrid de l'aimer autant, lui gagnera clairement de nouveaux amoureux...! Au niveau vocal, on remarque tout de suite qu'Amy a "une voix", claire et forte, à défaut d'une "grande" voix, et d'ailleurs cela va constituer la (claire) limite de l'exercice : boostées par une interprétation très rock (tranchante certes, mais au final assez anodine), les chansons d'Amy laissent en live peu de place pour que la chanteuse puisse vraiment s'exprimer, exister même... Quelques passages plus nus avant que la cavalcade épique ne reprennent, et surtout une intéressante version solo du génialissime Born To Run de Springsteen (putain, plus de 35 ans déjà, d'ailleurs dans la salle, on n'est pas beaucoup à connaître les paroles...), ce sera en 1 h 15 nos trop rares occasions d'entendre vraiment Amy chanter. Et ça, c'est quand même dommage, non ?

Alors, du coup, ce set largement consacré au dernier album d'Amy (que je ne connais pas, je l'avoue...) va se mettre à sonner rapidement très creux, avec une succession de morceaux au tempo similaire (la charge héroïque, comme chez les groupes écossais des années 80, entre Big Country et Simple Minds) et aux mélodies faciles à reprendre en chœur mais pour le moins factices. Si ce n'était un ou deux moments plus

2010 09 Amy Macdonald La Riviera 013

intéressants - je noterai surtout l'enthousiasme général sur Mr. Rock'n'Roll, premier titre increvable -, je me laisserais presque aller à m'ennuyer malgré l'énergie et l'enthousiasme déployés ! Et ce n'est pas la version mécanique de This Is the Life qui va me réconcilier avec cette vision simpliste qu'Amy Macdonald semble avoir d'un concert de rock (de la musique simple et entraînante pour ados, tout simplement, et d'ailleurs elle clame son admiration pour The Killers, c'est un signe, non ?)... Non, il faudra attendre le rappel pour qu'il se passe vraiment quelque chose, entre cette reprise de Born To Run, et surtout un superbe finale avec Let's Start A Band, de loin la meilleure chanson écrite par Amy, qui va enfin décoller avec son magnifique crescendo émotionnel et son final déchaîné : tout le monde se lâche, ça saute et trépigne de partout, les bras sont levés, les visages extatiques : "let's start a band, let's start a band...". Le premier, le seul moment de "vraie musique" de cette soirée, l'esprit du rock conjuré tout au long du concert qui se matérialise, in extremis. Du coup, je me sens presque frustré que ça s'arrête, quand il se passait enfin quelque chose de vibrant, de profond...

Comme ça a déjà été le cas pour eels il y a une semaine, les roadies détachent les setlists et les... emportent avec eux : stupéfaction au premier rang ! Une nouvelle mode ? Heureusement, il en reste une, que je loupe de peu, mais que j'arriverai à photographier... En sortant, je me rends compte que la salle n'était pas complètement remplie, et surtout qu'il fait à nouveau froid dehors : 15 degrés, l'été est bien fini... Prochain concert, encore de la musique un peu simpliste pour ado avec Placebo... Dans une semaine ! »

 

La setlist du concert de Amy Macdonald :

An Ordinary Life (A Curious Thing – 2010)

Poison Prince (This Is the Life – 2007)

Love Love (A Curious Thing – 2010)

Give It All Up (A Curious Thing – 2010)

Next Big Thing (A Curious Thing – 2010)

2010 09 Amy Macdonald La Riviera 016

Mr. Rock & Roll (This Is the Life – 2007)

Run (This Is the Life – 2007)

This Pretty Face (A Curious Thing – 2010)

Don't Tell Me That It's Over (A Curious Thing – 2010)

Troubled Soul (A Curious Thing – 2010)

Spark (A Curious Thing – 2010)

No Roots (A Curious Thing – 2010)

This Is the Life (This Is the Life – 2007)

What Happiness Means to Me (A Curious Thing – 2010)

Encore:

Born to Run (Bruce Springsteen cover)

Let's Start a Band (A Curious Thing – 2010)