Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Play It Loud !!!! Le rock'n'roll, c'est fait pour la scène...
27 décembre 2011

The Stranglers - Lundi 28 Février 1983 - La Mutualité (Paris)

1983_02_The_Stranglers_Mutualit__Billet« Début de concert à sensation, dans une Mutualité bourrée de skinheads, punks, etc. Après deux minutes d’introduction, alors que la bagarre fait déjà rage dans les premiers rangs, Jean-Jacques Burnel (apparemment aspergé de bière...) pose sa basse, et, après un saut spectaculaire au milieu de la foule, entreprend d’utiliser ses talents de karateka pour régler lui-même les différents entre spectateurs… avant de remonter sur scène et de reprendre le concert comme si de rien n’était ! Nul ne peut nier que, alors que leur crédibilité punk est parfois questionnée au vu de leur évolution musicale, les Stranglers sont définitivement un groupe à part.

1983 02 The Stranglers Mutualité BL 01Le problème de Burnel et Cie, c’est que leur abominable arrogance – ou bien leur sens de l’humour particulièrement tordu et incompréhensible – les amène désormais à interdire (physiquement) à leurs spectateurs tout excès d’excitation: il s’agit d’une « musique sérieuse », on n’est pas là pour rigoler… Tout ceci, pour être mémorable (je suis prêt à parier que ce concert glacial entrera dans la liste des « concerts mythiques » qu’il fallait voir dans sa vie !), n’en est pas moins refroidissant, et ce d’autant plus que ce concert, très calme, largement acoustique, à l’image du (magnifique) dernier album, « Feline », sera quelque peu décevant musicalement. Plutôt que de me focaliser sur les provocations de Jean-Jacques, j’ai préféré m’intéresser ce soir à ce drôle de dandy qu’est Hugh Cornwell, avec son anglais très châtié, et son jeu de guitare tranchant, très inventif.

1983 02 The Stranglers Mutualité 02S’il y a une impression que je garderai de cette soirée, ce sera à coup sûr cette ambiguïté cruelle, grinçante, que les Stranglers cultivent de mieux en mieux, à l’image d’un Golden Brown tubesque (une célébration de l’héroïne jouée comme dans un salon du Palais de Versailles au XVIIème siècle), ravivant la flamme d’une partie du public (peut-être venue seulement pour ça ?), et pourtant interprété avec une indifférence méprisante quasi tangible envers l’enthousiasme des spectateurs. Antipathique. Mais impressionnant. Et antipathique. »

Photos de Patrick M.

Publicité
Publicité
Commentaires
Play It Loud !!!! Le rock'n'roll, c'est fait pour la scène...
  • Depuis que j'ai 15 ans, ce qui nous fait un bail, je fréquente les salles de concert de par le monde, au gré de mon lieu de résidence. Il était temps de capturer quelque part tous ces grands et petits moments d'émotion, de rage, de déception, de plaisir...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Publicité