1984_03_X_Eldorado_Billet« Grand événement : l’un de mes vrais groupes-fétiches des années punks enfin à Paris. Après deux ans à se battre pour dégoter à prix d’or les disques – disponibles seulement en pressage italien à l’époque, c’est dire ! – de ces précurseurs du punk rock de Los Angeles, voilà enfin X en France pour promouvoir leur 4ème et superbe LP, "More Fun In the New World". La direction de l’Eldorado a commis l’erreur de laisser les sièges, qui vont se retrouver réduits à l’état de petit bois après deux heures de pogo éhonté !

1984 03 X Eldorado 01

X est le seul groupe identifié perpétuant la tradition west coast des vocaux riches et des mélodies suaves – dans la ligne de l’Airplane – au rythme speedé de la fin des 70’s. L’énervant Billy Zoom, avec sa blondeur et son éternel sourire angélique, peut concourir les doigts dans le nez pour le titre du guitariste le plus killer de sa génération, passant sans sourciller du punk hard core au rockabilly et au hard rock (coloration récente de la musique de X, sur l'irrésistible Devil Doll par exemple…), au point qu’on a du mal à croire qu’il est tout seul pour faire tout ce bruit. La légende dit qu’à 15 ans, il accompagnait déjà je ne sais quelle rock’n’roll star…

Quant à Exene Cervenka et John Doe (dont le nom pourrait être traduit pas X.X), ils nous abreuvèrent de ces duos nerveux et lascifs qui caractérisent le groupe et frappent dès la première écoute. La rumeur parlait de divorce, la belle histoire d’amour ayant engendré toutes ces chansons aux textes superbes (peut-être les meilleurs de l’histoire du rock sur ce sujet difficile qu’est le couple…) touchant à sa fin ! Mais sur scène, rassurez-vous, rien ne transparaissait !

1984 03 X Eldorado 02

Et tout cela est insuffisant pour décrire le bonheur qui m'a envahi en écoutant enfin en live, "en vrai", des chansons aussi immortelles qu'intensément... personnelles que Johnny Hit and Run Paulene, Nausea ou, bien entendu, Los Angeles...   Je suis donc ressorti de l'Eldorado réconforté dans ma passion pour ce groupuscule angelino qui, s'il n'atteindra sans doute jamais la célébrité, témoigne si bien de la vitalité de la musique que j'aime... »

Photos de mon ami Philippe M.