1990_11_Ride_Espace_Ornano_Billet«  En 6 mois, Ride a publié deux nouveaux disques - dont leur premier LP -, et est devenu la coqueluche du public branché et des critiques, en France comme en Angleterre. Les revoir sur une scène huit mois après la découverte à Reading – le premier choc – permet de faire le point à la fois sur leurs progrès, en particulier une bien plus belle dynamique sur scène, illustrant superbement les explosions et les tensions qui sont toujours les points forts de la musique de Ride, et sur leurs faiblesses : cette pauvreté vocale vraiment rédhibitoire dans le créneau pop (même shoegaze / noisy), et mélodies à la longues vaguement insipides et répétitives.

1990 11 Ride Espace Ornano 04

Ceci dit, le plaisir un peu compliqué que l’on peut prendre à écouter Ride, en particulier en concert, vient beaucoup de cette remarquable alternance d’ennui, d’irritation même (les vocaux, donc...) et d’enthousiasme (les guitares, dévastatrices) que leur musique provoque chez le spectateur. Certainement pas encore le meilleur groupe à guitares du monde, mais cela pourrait venir...

A noter que, cette fois encore, Ride a joué dans une quasi-obscurité qui a rendu les photos quasi impossibles... »

PS : Les photos de sont de Patrick M., merci à lui...

La setlist du concert de Ride :

Polar Bear

Chelsea Girl

Dreams Burn Down

Like a Daydream

Paralysed

Vapour Trail

Drive Blind

All I Can See

Seagull

Decay