1991_11_Lloyd_Cole_Grand_Rex_Billet« D’abord, il faut parler un peu de la première partie de la soirée, puisque ce seront Foster & McLennan, l’âme des Go-Betweens (un groupe « mythique » que je n’ai jamais vu en live) qui ouvriront pour Lloyd Cole. Cette apparition en duo est une surprise, le groupe étant séparé depuis quelques années, et Robert Foster et Grant McLennan travaillant en solo depuis. Il y a donc une certaine allégresse à les écouter ainsi ensemble reprendre quelques belles chansons des Go-Betweens, mais ce serait mentir que de prétendre que le moment ait été réellement enchanté. Charmant, correct, sans plus...

1991_11_Lloyd_Cole_Grand_Rex_01Surprenant revirement scénique pour l’ami Lloyd Cole : alors qu’il poursuit sur disques, et avec bonheur, sa mutation américaine, le voilà en tournée revisitant son répertoire des Commotions, avec deux d’entre eux dans son groupe... De quoi être un peu déçu, lorsque l’on se souvient de l’arrogance amusante (...et un peu grossière...) de son précédent show de rock « américain »...

Ce soir, Lloyd veut donc faire plaisir à ses vieux fans en rejouant la quasi intégralité de ses deux premiers albums, dans des versions à la fois trop fidèles pour être vraiment excitantes encore (à l’exception peut-être de Patience, qui a toujours scéniquement transcendé sa version studio), et trop professionnelles pour ne pas nous mettre un peu mal à l’aise...

1991_11_Lloyd_Cole_Grand_Rex_04Heureusement, et ce malgré un son saturé plutôt désagréable, cela va s’arranger ensuite : une partie du concert revisitera le nouvel album, et un Butterfly, emphatique et impressionnant, ou in Man Enough charmeur, un What He Doesn’t Know enfin poignant nous aideront à ne pas trop regretter d’être venus ce soir...

Ami Lloyd, assez d’hésitations, choisis ta route !

PS : On apprendra par la suite que ce soir-là, Lloyd était à la limite de la dépression, sans aucune énergie, à cause d’une histoire de vidéo ratée pendant la journée. Il est bon de savoir que lui-même considère ce concert à demi-raté comme l’un de ses pires souvenirs ! »

PS : Les photos sont de Patrick M. Merci à lui !