1976 12 VDGG La Mutualité Paris 03« Ça va être la seconde fois ce soir que je vais voir mon groupe préféré de ces deux dernières années, Van der Graaf Generator. Préféré, parce que même si j’ai – heureusement – décroché du rock progressif de triste mémoire, la réapparition de VDGG avec l’immense « Goldbluff », suivi de très près par « Still Life » et « World Record » (quelle créativité en moins de deux ans !) a placé le groupe très très haut sur la liste des musiques les plus excitantes de cette seconde partie des seventies.

Je découvre pour l’occasion la salle de la Mutualité, bien agréable ma foi, tant par sa situation près du Quartier Latin comme par son confort, qui nous change des grands halls froids. Parfait pour écouter tranquillement Peter Hammill et son groupe d’enragés...

Cela fait à peut près un an que j’ai vu pour la première fois VDGG sur scène, à la Bourse du Travail de Lyon, et même si deux nouveaux albums ont été publiés depuis, fondamentalement on est dans la même ambiance, puisqu’il y a une grande cohérence entre les disques, et la set list mélange allègrement les titres de la résurrection de VDGG, avant de se conclure sur quelques madeleines délicieuses du passé (ah, Killer !). Le son n’est pas parfait, l’interprétation est assez erratique, mais cela ajoute une spontanéité brûlante aux titres complexes du groupe, et de toute façon, même si Jaxon nous amuse et nous impressionne en jouant de deux saxos à la fois, c’est quand même sur Peter Hammill que tous les regards sont fixés. Hammill qui s’est récemment mis sérieusement à la guitare électrique – et qui n’est pas encore un virtuose, c’est sûr – mais qui reste le chanteur le plus impressionnant qu’on puisse voir. Il tonne, rugit, crèe des tensions inédites, nous emporte dans des courses folles et nous fait basculer dans des abîmes d’horreur. Je connais pas mal de gens qui on du mal à supporter cet organe pour le moins excessif, mais moi – comme tous ceux qui m’entourent ce soir à la Mutualité, visiblement – je suis absolument emporté par la rage et la douleur qui explosent dans la gorge de Mister Hammill.

Je ne saurai dire si ce set a été meilleur que celui de l’an dernier, j’ai sans doute été moins « surpris » que la première fois, mais il a en tous cas consolidé ma « foi » en ce groupe hors du commun, avec son leader charismatique. Alors, on prend déjà rendez-vous pour la prochaine fois ! »

Les photos du concert proviennent du site du groupe : http://www.vandergraafgenerator.co.uk/

1976 12 VDGG La Mutualité Paris 04

La setlist du concert de Van Der Graaf Generator :

The Undercover Man (Godbluff – 1975)

Arrow (Godbluff – 1975)

When She Comes (World Record – 1976)

Masks (World Record – 1976)

Still Life (Still Life – 1976)

Lemmings (Pawn Hearts – 1971)

Meurglys III, the Songwriter's Guild (World Record – 1976)

Gog (Peter Hammill song)

The Sleepwalkers (Godbluff – 1975)

Killer (H to He, Who Am the Only One – 1970)

Man-Erg (Pawn Hearts – 1971)